Jacques Chirac jeudi à Tours pour une cérémonie de naturalisations

29 juin 2006

Jacques Chirac jeudi à Tours pour une cérémonie de naturalisations

Jacques Chirac se rend jeudi à Tours pour assister à une cérémonie de naturalisations d'étrangers, qui sont plus de 150.000 en France chaque année, en plein débat sur les expulsions d'enfants scolarisés de familles sans papiers.

Cette cérémonie de remise de décrets de naturalisation se tiendra dans la matinée à la préfecture d'Indre-et-Loire, a annoncé l'Elysée.

Selon son entourage, le chef de l'Etat a souhaité, à la veille de la Fête nationale du 14 juillet, »montrer la grande importance qu'il accordait à cette cérémonie» qui a aujourd'hui un caractère solennel, à l'image de ce qui se fait aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne.

»Ce sera l'occasion pour le chef de l'Etat de rappeler le sens qu'il convient de donner à l'entrée dans la communauté nationale», selon son entourage.

M. Chirac devrait ainsi souligner jeudi que la naturalisation »est un acte fondamental, un acte qui engage». Il devrait insister sur plusieurs points: devenir Français est un honneur, adhérer à la communauté est un engagement comportant des droits mais aussi des devoirs, la naturalisation signifie aussi s'intéger pleinement à la communauté nationale.

Le conseil interministériel à l'Intégration a décidé le 24 avril de rendre obligatoire l'organisation par le représentant de l'Etat dans les préfectures et sous-préfectures, d'une cérémonie d'entrée dans la communauté nationale. Depuis 1993, le gouvernement encourageait les préfets à tenir ce type de cérémonie lors d'acquisitions de la nationalité française.

Les naturalisations ont connu une forte hausse en 2004, avec 169.000 personnes contre 145.000 en 2003, selon un rapport de la Direction des populations et migrations du ministère de l'Emploi, publié fin avril.

D'après ce rapport, elles sont aujourd'hui plus nombreuses que les arrivées d'étrangers réguliers - au nombre de 140.000 en 2004 -, tandis que de 80.000 à 100.000 étrangers entrent clandestinement en France chaque année, selon une estimation du ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy.

Selon l'Insee, la France comptait 4,33 millions d'immigrés, en situation régulière ou non, au recensement de 1999, soit 7,4% de la population de France métropolitaine. L'Intérieur estime également que le nombre de »sans-papiers» résidant en France se situe entre 200.000 et 400.000 personnes.

L'accent mis par Jacques Chirac sur la naturalisation et l'intégration dans la communauté nationale intervient à un jour de la fin du sursis accordé par le gouvernement, avant l'expulsion, aux familles sans papiers ayant des enfants scolarisés.

Le Premier ministre Dominique de Villepin a affirmé mercredi qu'il fallait conjuguer »humanité et fermeté», tout en excluant une »régularisation massive» espérée par de nombreux sans-papiers.

M. Sarkozy a nommé un médiateur et s'est engagé à autoriser les régularisations au cas par cas devant la campagne menée par la gauche et les enseignants du Réseau éducation sans frontière (RESF) contre ces expulsions.

Tageblatt. Notre édition du Jeudi, 29/06/2006

Posté par studiodounia à 09:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]